Étude

LES FRANÇAIS ET LE RETOUR DANS LES TRANSPORTS EN COMMUN

LES USAGERS ENTRE APPRÉHENSION ET CHOIX DE MOYENS DE TRANSPORT ALTERNATIFS

L’étude Transports et Mobilités*, réalisée par l’Institut CSA révèle les craintes, appréhensions et attentes des usagers des transports en commun après le confinement.

TRANSPORTS EN COMMUN, UNE ANGOISSE BIEN RÉELLE

Parmi les Français qui ont l’intention de continuer à prendre les transports en commun, plus d’un sur deux (54%) appréhende de reprendre les transports en commun, un chiffre qui grimpe à 63% pour ceux qui prennent le métro / RER.

LA VOITURE, GRANDE GAGNANTE DE LA CRISE ?

Dans ce contexte, plus de deux utilisateurs de transports en commun sur 10 (22% pour les utilisateurs du métro / RER) ne comptent pas les réutiliser après le confinement, essentiellement au profit de la voiture, pour 70% d’entre eux.

La marche à pieds a également de beaux jours devant elle (pour 49% des utilisateurs de transports en commun), y compris chez les utilisateurs du métro et plus généralement les habitants des grandes agglomérations qui sont près de 60% à déclarer vouloir marcher davantage en complément ou pour se substituer aux transports en commun.

Le vélo ne connaît pas la crise ! Près de 4 utilisateurs de transports en commun sur 10 comptent pédaler pour se déplacer après le confinement.

Que les détracteurs des trottinettes électriques se rassurent : seuls 5% des utilisateurs habituels de transports en commun comptent dorénavant utiliser ce mode de transport alternatif.

DES MESURES SANITAIRES TRES BIEN JUGÉES

Port du masque obligatoire, gel, réduction de l’affluence, distanciation sociale, présence du personnel à bord, marquage au sol… Toutes les mesures de protection sont jugées efficaces par les utilisateurs, à plus de 75% pour la plupart d’entre elles avec en tête le port du masque obligatoire avec 91% des utilisateurs qui jugent cette mesure efficace pour garantir la sécurité sanitaire dans les transports en commun.

Vient ensuite le gel hydroalcoolique jugé efficace à 86%, la réduction de l’affluence à 85% le respect de la distanciation sociale (84%) la présence du personnel à bord à 75% (mais 69% uniquement en ile de France) et enfin le marquage au sol à 69%.

Concernant la distanciation sociale, dans l’idée ce serait parfait, mais dans les faits, plus de 6 utilisateurs sur 10 pensent que cette mesure n’est pas tenable, et 64% parmi les utilisateurs du métro / RER…

RESPONSABLES !

Si les utilisateurs des transports désignent les transporteurs comme principal garant de la sécurité sanitaire des voyageurs à 34%, ils ne renient pas pour autant leurs propres responsabilités, 29% d’entre eux désignant les voyageurs eux-mêmes. L’Etat est également considéré comme responsable, avec 26% de citations, à la troisième place. Notons que la région n’est pas considérée comme un acteur de premier plan, avec seulement 11% de citations, même en Ile-de-France (12%).

LE RETOUR À LA NORMALE, C’EST POUR QUAND ?

Deux tiers des utilisateurs pensent reprendre les transports en commun « comme avant » dans moins de trois mois, et même dans moins d’un moins pour près de 30% d’entre eux. Dans le métro, les choses pourraient prendre un tout petit peu plus de temps : 26% moins d’un mois (vs 28% pour l’ensemble des utilisateurs), 19% entre un et deux mois (vs 20%), 16% entre deux et trois mois (vs 14).

Notons enfin que pour 4 utilisateurs des transports en commun sur 10, les mesures sanitaires devront s’appliquer pendant 6 mois, une garantie indispensable pour retrouver la confiance des utilisateurs.

***

*Méthodologie : étude réalisée en ligne par CSA du 7 au 11 mai 2020, auprès d’un échantillon national représentatif de 2001 individus âgés de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas sur les critères de sexe, âge, profession, région de résidence et catégorie d’agglomération. A partir de cet échantillon représentatif, nous avons extrait 871 utilisateurs des transports en commun.

 

 

Nous utilisons des cookies pour améliorer notre site et votre expérience. En utilisant notre site, vous acceptez notre politique de cookies.